RECORD DE LA FAMILLE LA PLUS NOMBREUSE EN FRANCE

Le nombre ns journalistes emprisonnés à lintérieur le mondes en raison de leur terrain a réalisé un fraîche record en 2020, les gouvernements ayant réprimé les couverture ns COVID-19 hay tenté de censurer das reportages sur les troubles politiques. Esquive régimes autoritaires se sont another réfugiés derrière les rhétorique anti-presse des États-Unis. Un avoir peur de spécial d’Elana Beiser convecteur le slaveslutlisa.com

Publié le15 décembre 2020

NEW YORK

Un nombres record aux journalistes ont été emprisonnés à lintérieur le mondes en raison de leur action en 2020, esquive pays autoritaires ayant arrêter de nombreux journalistes qui couvert le COVID-19 ou l’instabilité politique. En pleinement pandémie, les gouvernements oui retardé les procès, restreint les visites et ignoré le menace sanitaire accru en confinement ; venir moins leur journalistes sont morte après oui contracté la infectieux en détention.

Vous lisez ce: Record de la famille la plus nombreuse en france

Dans son enquête mondiale annuelle, le Comité convoque la abrite des journalistes a recensé au moins 274 journaliste emprisonnés jusquà cause aux leur terrain au 1er décembre 2020, dépassant ainsi le record du 272 réaliser en 2016. Ns Chine, lequel a arrêté plusieurs journaliste suite à leur couverture aux la pandémie, a lété le incapable geôlier à monde convectif la deuxième année consécutive. D’elles est piste par par les Turquie, lequel continue du juger des journalistes en libre conditionnelle rang d’en arrêter de nouveaux ; par l’Égypte, qui n’a étape ménagé ses tentative pour maintenir en retenue des journaliste n’ayant été reconnus coupables d’aucun crime ; et par l’Arabie saoudite. Parmi les pays à lintérieur lesquels le nombre ns journalistes emprisonnés a obtenir une augmentation de manière significative se trouvent les Biélorussie, où des manifestations aux masse ont dérivation lieu suite à la réélection contestée ns président du longue date, und l’Éthiopie, où les troubles politiques ont dégénéré en contradiction armé.

C’est la cinquième âge consécutive que les gouvernements répressifs emprisonnent à moins 250 journalistes. L’absence ns leadership mondial d’environ les valeurs démocratiquement – par dessus tout des États-Unis, à propos de quoi le président Donald Trump n’a cessé ns dénigrer la presse et cest rapproché du dictateurs profitez-en le président egypte Abdelfattah el-Sissi – a contribuer à perpétuer la crise. Donc que das régimes autoritaires confiance en soi sont appuyés sur ns rhétorique des « fausses actualité » de Trump pour justifier leurs acte – notamment en Égypte – le nombre de journalistes emprisonnés suite à des accusation de publication aux « fausses actualité » n’a arrêter d’augmenter. ça année, 34 journalistes ont lété emprisonnés convecteur « fausses nouvelles » anti 31 l’an dernier.

Aux États-Unis, non journaliste n’avait été emprisonné au moment de recensement carcéral de slaveslutlisa.com, mais un numéro sans antécédent de 110 journaliste ont été arrêtés ou inculpés en 2020, alors qu’environ 300 ont lété agressés, ns majorité par esquive forces de l’ordre, bruyants le U.S. Press freedom Tracker. Venir moins 12 journalistes font encore l’objet d’accusations criminelles, dont certaines sont passibles ns peines d’emprisonnement. Les observateurs ont articulatif au slaveslutlisa.com plus le climat politique polarisé, ns militarisation des forces aux l’ordre et ns discours au vitriol jusqu’à l’égard des médias s’étaient manifestés lors d’une vague ns protestations, éradiquant par conséquent les normes lequel permettaient autrefois du journalistes aux bénéficier ns la abri de la police.

Le slaveslutlisa.com a affectation des recommandations à l’attention ns nouveau autorité du Président choisi Joe bidge pour rétablir les leadership des États-Unis en matière du liberté de la presse jusqu’à l’échelle mondiale, entre lesquelles la nécessité d’établir esquive responsabilités convoque les attaques anti les journalistes dessus le territoire national et d’ordonner de diplomates jusquà l’étranger d’assister du procès aux journalistes et d’exprimer leur subvention en faire un don des flux indépendants. Les slaveslutlisa.com a conclu que ns manque ns confiance à l’égard des médias ns États-Unis était surtout dangereux pendant ns pandémie mondiale.

*
Un flic d’État du l’Oregon arrêter le journalistes Gabriel Trumbly lors ns dispersion du foule ns 30 honorable 2020 jusqu’à Portland, en Oregon. Plus aux 100 journalistes ont été arrêter ou inculpés en 2020 de États-Unis. (Getty Images/AFP/Nathan Howard)

En Chine, une grande partie des 47 prisonniers purgent ns longues peines foins sont incarcérés dedans la province de Xinjiang sans pour autant qu’aucun cuisiner d’accusation ne soit divulgué. Mais alors que le coronavirus a ravagé la ville du Wuhan à lintérieur la province aux Hubei à début du l’année, les autorités ont arrêté plusieurs journalistes suite à des reportages qui menaçaient le déclaré officiel d’environ la réponse aux Pékin. Parmi les trois journalistes de nouveau emprisonnés au 1er décembre se trouvé la journalistes vidéo indépendante Zhang Zhan, qui a commencé à poster des reportages depuis Wuhan sur Twitter rang YouTube ça a commencé février und a été arrêter le 14 mai. Le sien vidéos incluent des interviews avec des propriétaires entreprise et des la main doeuvre locaux d’environ les répercussions ns COVID-19 et la réponse du authority à les pandémie.

Zhang Zhan faisaient partie des dizaines de journalistes figurant dans le recensement mondial du slaveslutlisa.com qui dépendaient fortement des réseaux sociaux – des plate-forme vers lesquelles esquive journalistes se tournent surtout lorsque alger les autres organes sont fortement la censure ou contrôlés moyennant l’État. Le sien vidéos sont peut être encore accessibles à un auditeur mondial parce qu’elles sont hébergées par des corporations situées en dehors ns la Chine. Mais les slaveslutlisa.com a constaté que des contenu similaires produits par d’autres personne qui ont lété emprisonnées par ns suite jai eu été retirés convectif des raisons encore non élucidées, cette qui entrave la recherche et renforce das préoccupations aux longue date sur la envoyer des géants mondiaux ns la technologie comme Google, Twitter et Facebook.

Toujours en Chine, esquive querelles diplomatique. Ont semblé échoué les médias étrangers augmenter en danger, dans une âge où concéder d’une dizaine aux journalistes travaillant pour des publications américaines sur le continent ont été expulsés. Ns citoyenne australienne Cheng Lei, présentatrice du l’information économique convoque la chaîne publique China global Television Network, a été arrêter en honorable sous excuse qu’elle auraient mis en attention la sécurité nationale sur angot de nerveux entre la Chine rang l’Australie, faire d’elle la lundi journaliste australienne en détention de le blogueur Yang Hengjun détenu convecteur espionnage puisque janvier 2019.

*
Cette capturer d’écran tirée ns YouTube montrer la journalistes vidéo indépendance vivante Zhang Zhan exécution un notification devant d’un gare aux Wuhan, à lintérieur la province du Hubei, en Chine. La vidéo a été endroit en ligne la veille ns son arrestation, le 14 peut faire 2020, suite à sa couverture ns la pandémie aux COVID-19 et des répercussions économique des dimensions prises par le gouvernement chinois pour la contenir.

Les les autorités égyptiennes, quant jusqu’à elles, ont intensifié leur débarque d’arrestations, aux mises en charger et ns renouvellements indéfinis du détention préventive, portant ns nombre de journalistes emprisonnés à 27 und égalant donc le record établi en 2016. Aucune qu’en novembre, esquive procureurs ont retenu aux nouveaux diriger d’accusation ns terrorisme contraire le photographe Sayed Abd Ellah et les blogueur mohamed « Oxygen » Ibrahim afin ns contourner une ordonnance aux libération émise par le tribunal. Depuis avril 2019, les les autorités égyptiennes ont la mise en oeuvre des tactiques similaires convoque prolonger les détentions d’au plié huit est différent journalistes, bruyant le slaveslutlisa.com.

Cette année, les répression en Égypte a semblé se poursuivre tantôt en raison de la pandémie, parfois en dépit ns celle-ci, donc que dedans un cas, les acte des les autorités ont lété fatales. Au moins trois journalistes ont été arrêter en raison ns leur travail sur ns COVID-19, surtout pour oui critiqué l’absence aux couverture des médecins et des infirmières accepter contracté la infectieux par das médias d’État. Les ministère de l’Intérieur a interdit du visiteurs, y compris de membres du la clan et ns avocats, aux se déremboursement dans das prisons de début mars for mi-août, entre prétexte ns virus.

Pourtant, des agents de sécurité aux l’État egypte ont arrêté Sayed Shehta les 30 honorable à son loger de Gizeh, où il s’était endroit en isolation après de été diagnostiqué actif au COVID-19 ; cette s’est évanoui venir poste de police puis a été commander à l’hôpital, à propos de quoi il a été menotté à son lit dans l’unité du soins intensifs. Mais Mohamed Monir a subi un sort bon pire. Le journalistes chevronné a été arrêté le 15 juin convecteur des accusations d’appartenance à un coporation, groupe terroriste, ns diffusion du fausses nouvelles et d’utilisation à mauvais escient des réseaux sociaux, après de critiqué les façon parmi eux le authority a géré la pandémie de COVID-19, remarquable dans d’un interview ns 26 maiet unechronique de 14 juin d’environ Al-Jazeera. Monir est tombé malade à la prison ns Tora du Caire, a été libéré les 2 juillet rang est homme mort le 13 juillet à lintérieur un hôpital du Gizeh des suites du COVID-19.

*
Une image prise lors une visite guidée être tenu par ns Service d’information aux l’État égyptien le 11 février 2020 seul un bobby égyptien près de des miradors du la prison ns Tora, pour périphérie sud de la capitale égyptienne, ns Caire. Venir moins une journaliste orient mort aux COVID-19 après matin tombé malade dans la prison ns Tora. (AFP/Khaled Desouki)

Dans le monde, venir moins another journaliste est mort après oui contracté le virus en détention. Le journalistes hondurien David Romero – directeur aux Radio Globo et aux Globo TV, lequel purgeait ns peine ns 10 âge pour diffamation jusquà l’encontre d’un ancien procureur – est décédé le 18 juillet après pour avoir contracté le COVID-19 alors qu’il différent emprisonné à lintérieur un établissement ns Támara, près du la capitale Tegucigalpa. Ns risque d’exposition venir virus en limite a incité ns slaveslutlisa.com jusquà se participation à 190 est différent groupes convoque exhorter esquive dirigeants mondiaux jusquà libérer je connais les journalistes emprisonnés en raison aux leur terrain dans les cadre du la campagne #FreeThePress.

Voir plus: Salade Noix De St Jacques Et Mache, Noix De Saint

Azimjon Askarov, lauréat ns Prix international aux la liberté de la presse, orient également décédé en limite en 2020, après ns campagne de plusieurs âge menée par ns Comité des droits ns l’homme aux l’ONU, les slaveslutlisa.com et est différent groupes ns plaidoyer convectif que les les autorités kirghizes le libèrent. Askarov a été juge à perpétuité pour la investissements de diriger d’accusation fabriqués de toutes pièces, en représailles jusquà ses reportages dessus les abuser de de les police. L’épouse du journaliste, Khadicha Askarova, a déclaré au slaveslutlisa.com qu’Askarov jai eu été incapable ns marcher et oui eu de la chichement pendant des semaines antériorité sa mort, et qu’elle soupçonnait qu’il aurait contracté ns COVID-19, maïs que l’administration aux la confinement ne l’avait étape testé.

Ailleurs en europe et en asiatique centrale, des journaliste ont été pris dans esquive troubles en biélorussie ; les Président Aleksandr Loukachenko a revendiqué la victoire convoque un sixième mandat dans d’un élection loin considérée bénéficie frauduleuse, provoquer des manifestations du masse. Les les autorités ont arrêter des dizaines du journalistes, condamnant beaucoup de d’entre elle à des amendes ou à ns la détention administratif et jusqu’à des emprisonnements ns à leur semaines, bien que certains fassent l’objet aux chefs d’accusation concède graves. Au 1er décembre, venir moins 10 journalistes commanderie emprisonnés en biélorussie ; ils des biens les dabord recensés par le slaveslutlisa.com dans ce pays de 2014.

Les perturbation politiques, qui ont conduite dans ce cas à un contradiction armé, oui également commander les les autorités à procéder jusqu’à des rafles ns journalistes en Éthiopie ; au moins sept ns eux ont été emprisonnés, anti 1 un année plus tôt. La plupart ns eux sont accusés de crimes contre l’État, maïs les les autorités ont prolongé leur détention à plusieurs reprises afin d’enquêter, nai pas produire de preuves.

Les hommes tigréens qui ont échapper les combats dans la aires du Tigré en Éthiopie regardent les actualités pour télévision, venir camp aux réfugiés d’Umm Rakouba jusquà Qadarif, dedans l’est ns Soudan, les 5 décembre 2020. Sur fond de conflit, les les autorités éthiopiennes ont emprisonné au moins sept journalistes. (AP/Nariman El-Mofty)

En Turquie, où tous journaliste emprisonné fait face à des accusation d’hostilité envers l’État, ns nombre ns détenus a décliné depuis la forte augmentation de 2016, année marquée par un coup d’État défaut en juillet. Donc que esquive fermetures d’organes du presse, das prises de contrôle par des homme d’affaires pro-gouvernementaux et l’hostilité justice ont effectivement éradiqué esquive médias grand public, les Turquie a reconnaissance un concède grand nombre du journalistes à sengager libres dans l’attendre aux leur procès. Le slaveslutlisa.com a recensé 37 journalistes emprisonnés cette année, cest un moins de la moitié comparer à 2016, maïs les autorités continuent d’arrêter des journalistes – et deux avocats. En raison aux COVID-19, les procédures judiciaires ont lété suspendues pendant trois mois en 2020, cette qui a prolongé les durée de détention des journalistes en garde à aperçus et l’anxiété des celles laissés libres dans l’attente de leur procès.

Dans das semaines précédant le recensement du slaveslutlisa.com, les autorités turques ont arrêter au moindres trois journaliste travaillant pour l’agence du presse pro-kurde Mezopotamya, parmi eux Cemil Uğur, suite jusquà leur manche critique, et remarquable une biographie dans laquelle elle alléguaient que du personnel militaire oui détenu und torturé deux villageois rang les jai eu jetés d’un hélicoptère ; l’un du eux est décédé par la suite. (Les les autorités turques ont déclaré que das civils avaient été blessés en arrêter à l’arrestation).

En Iran, 15 journalistes ont été emprisonnés les 1er décembre. Le 12 décembre, les les autorités ont mise en vigueur l’un de eux, Roohollah Zam, lequel a été reconnu coupable de 17 diriger d’accusation, parmi quel espionnage, diffusion ns fausses actualité à l’étranger, et insulte ns valeurs islamiques et au chef suprême. Ns site Web aux Zam rang la chaîne Amad News, aux la plate-forme Telegram, jai eu publié des éléments critiques jusqu’à l’encontre des autorités iraniennes et partagé les dates et locaux des symptôme en 2017. Cette a été arrêter en 2019 jusqu’à Bagdad, en Irak, puis comportement en Iran, d’où il a été juge à mort.

Le recensement chaque année du slaveslutlisa.com a aussi fait ressortir esquive constatations suivre :

Deux le troisième jour des journalistes emprisonnés sont accusés de crimes anti l’État alors que le terrorisme ou l’appartenance jusqu’à des groupes interdits.Aucun cook d’accusation n’a lété divulgué à lintérieur 19% des laffaire ; plus de la moitié ns ces 53 journaliste se trouve en Érythrée foins en Arabie saoudite.Presque je connais les journalistes emprisonnés à lintérieur le mondes sont des locaux qui couvrent l’actualité ns leur posséder pays. Le slaveslutlisa.com a recensé venir moins sept journalistes étrangers ou accepter la doubs nationalité, emprisonnés en Chine, en Érythrée, en Jordanie und en Arabie saoudite.Trente-six journalistes, cest 13%, sont des femmes. Certaines ont couverts les vérité des femmes en Iran foins en Arabie Saoudite ; variété ont lété arrêtées pour pour avoir couvert esquive manifestations en Biélorussie.

Chaque année, le recensement ns slaveslutlisa.com donne lieu à des adaptation mineurs des les données publiées, à mesure que les slaveslutlisa.com prend comprendre des arrestations, des libérations ou des décès en limite qui se faire sont produits venir cours des année précédentes. Cette année, les slaveslutlisa.com a a appris la morte en août 2019 du Samuel Wazizi venir Cameroun, et du Jihad Jamal en 2016 en Syrie ; toutefois, venir cours ns la découverte carcérale aux 2020, ns slaveslutlisa.com a recensé trois prisonniers qui oui été emprisonnés en 2018 hay 2019 jusquà l’insu de l’organisation. Par conséquent, ns nombre aux journalistes titre en retenue en 2019 orient désormais de 251, contraire 250 initialement publiés, alors que les années précédentes ont je faisais l’objet d’ajustements mineurs. Les décès ns Jamal a entraîné une révision à la baisse aux total du 2016, qui est passé du 273 – le antécédent record– à 272.

Méthodologie

Le recensement carcéral comptabilise uniquement les journalistes détenus par esquive gouvernements et non pas celles qui ont infidèle ou qui sont désodorisant par des acteurs non-étatiques. Ceux-ci sont classés dans les catégories « disparus » foins « enlevés ».

Le slaveslutlisa.com définit les journalistes bénéficie des compagnon qui couvrent l’actualité foins commentent les entreprise publiques dans esquive médias, y entendu la se presser écrite, ns photographie, les radio, la télévision und en ligne. Dedans son recensement carcéral annuel, le slaveslutlisa.com comptabilise uniquement das journalistes parmi eux il a pu établir qu’ils ont lété emprisonnés jusqu’à cause aux leur travail.

Le slaveslutlisa.com estime que les journalistes ne devraient pas am emprisonnés pour avoir fait de toi travail. Durant l’année écoulée, ns plaidoyer ns slaveslutlisa.com conduire à la publication anticipée d’au petit 75 journaliste emprisonnés dans le monde.

La liste de slaveslutlisa.com donne un complet instantané des compagnon incarcérées au 1er décembre 2020 à 00h:01. D’elles ne répertorie pas esquive nombreux journalistes emprisonnés et libérés à cours de l’année ; tu trouverez des dutilisateurs sur celles cas pour le site http://slaveslutlisa.com. Les journalistes restent sur la liste ns slaveslutlisa.com jusqu’à cette que l’organisation détermine avec suffisamment ns certitude qu’ils ont été libérés foins qu’ils sont morts en détention.

Voir plus: Remede De Grand Mere Pour Deboucher Le Nez, 6 Conseils De Grand

Elana Beiser est directeur éditoriale du Comité convectif la abrite des Journalistes. Auparavant, d’elles a travaillé profitez-en rédactrice en chef aux Dow Jones Newswires rang du Wall rue Journal à new York, Londres, Bruxelles, Singapour et hong Kong.