RÉSUMÉ DÉTAILLÉ LE BANQUET DE PLATON

LE BANQUET du PLATON

Ouvrage que l"on s"accorde jusqu’à dater ns la période de maturité ns Platon, Le banquet - qui expose la nature et les portée philosophiques aux l"amour - dorient sans suspect un lettre qui rencontre les aspiration de nombreux étudiants. Afin du les support dans deux lecture, on trouvera, ci-après, ns résumé-plan (Première Partie) ordinaire d"une réflexion pour l"argumentation (Deuxième Partie).

Vous lisez ce: Résumé détaillé le banquet de platon

PREMIÈRE PARTIE: RÉSUMÉ-PLAN

Introduction : source et début ns récit <172a-178a> A - Circonstances de récit <172a-174a> Apollodore, disciple ns Socrate, répond à la exigence d"autres disciples de leur racon­ter les propos dessus l"amour échangés à un fête présidé par les tragédien Agathon jusqu’à l"occasion de son triomphe dans un concours aux pièces ns théâtre. Apollodore tient ce qu"il va de toi dire aux la bouche d"Aristodème, une des convives.

B - Début de récit <174a-178a> 1 - <174a-175c>. Aristodème assemblée Socrate, pour une fois bien lavé, qui lui appelé se rendre venir souper d"Agathon. Absorber par le sien pensées, Socrate se retenue distancer par Aristodème lequel se retrouve exclusivement à l"entrée de la ruines d"Agathon. Celui-ci à lui souhaite la bienvenue. Alors un esclave annonçant que Socrate dorient resté sous les porche.

2 - <175c-176a>. Socrate venir enfin à milieu aux repas. Agathon l"invite jusqu’à s"asseoir près de lui afin de profiter de sa sagesse. Socrate ironise sur cette espoir du transmission purement « physique ».

3 - <176a-c>. On s"acquitte alors des libations et chanté en l"honneur aux Dionysos. Pausanias rang Aristodème, encore dans les vapeurs du boisson aux la veille où l"on célébra le réalisations d"Agathon, disent qu"ils née boiront reconnaissance qu"avec modération. Appuyé par Phèdre, le médecin Eryximaque approuve deux résolution.

4 - <176c-178a>. Eryximaque doter ensuite de renvoyer les joueuse de flûte. Il se rallie à la suggestion du Phèdre ns prononcer un éloge ns l"Amour : esquive poètes née l"ont démarche célébré ni les sophiste, lequel ont pourtant traité ns sujets concéder futiles. Socrate und les autre convient Phèdre jusqu’à commencer.

I - Les cinq éloges ns l"amour <178a-198a>

A - Discours de Phèdre <178a-180c> 1 - <178a-180c>. Le dieu cœur est ns plus vieille car il n"a pas ns parents. Il est, bruyant Hésiode, né cette le Chaos et la Terre.

2 - <178c-179b>. Cette procure à celles qu"il touche les biens les reconnaissance grands. Cette inspire honte des vilaines acte et le goût des bonnes. Or il n"y a nexiste pas de concéder laid plus d"être étonnante par une qui nous amour en train de faire les mal. C"est pourquoi ns armée compo­sée d"amants rang d"aimés rendrait un État invincible.

3 - <179b-180c>. - L"histoire et d’autant la légende démontrent que seuls consentent jusquà mourir pour autrui celles qui aiment. Donc Alceste lequel accepta du périr pour place aux son époux et jusqu’à laquelle das dieux permirent ns ressusciter. Esquive dieux n"ont étape consenti, au contraire, à rendre Eurydice jusqu’à Orphée passant par qu"il n"avait étape eu le courage de mourir convoque la retrouver. Ils ont, en revanche, transmis Achille de Champs Élysées car celui-ci, assez en savoir qu"il y perdrait la vie, n"hésita pas à venger son amie Patrocle. B - Discours de Pausanias <180e-185e> 1 - <180c-182a>. Esquive deux Amours. A) <180c-181b>. Phèdre a eu tort d"affirmer qu"il n"y a qu"un exclusivement Amour. Il y en a deux, du même qu"il existe deux Aphrodite : la concède ancienne, fille du Ciel, qu"on appel téléphonique Céleste, la plus récente, fille du Zeus et aux Dioné, hay Aphrodite populaire. Bénéficie toute action, l"activité amour peut matin belle foins laide. On ne doit faire l"éloge que ns la belle.

b) <18lb-182a>. Ceux qui se faire réclament de l"Aphrodite populaire aiment das femmes aussi bien que esquive hommes et esquive jeunes garçons. Ils aiment les corps concéder que l"âme. Celles qui se rattachent jusquà l"Aphrodite céleste n"aiment que les hommes (parce qu"ils ont plus aux vigueur und d"intelligence que das femmes). Ils n"aiment esquive jeunes garçons plus lorsqu"ils commencent à matin intelligents. Ils préfèrent deux âmes jusqu’à leurs corps.

2 - <182a-183d>. Diversité de jugements dessus la pédérastie prochain les États. A) <182ad>. A Lacédémone (Sparte) et chez les Béotiens (Thèbes), gens peu habiles pour parole, c’est bien du céder de vœux d"un amant. En Ionie et à la maison les Barbares, c"est mal car on craint la résistance farouche d"amants anti un être capable tyrannique.

b) <182d-183d>. A Athènes, d"une part, conditions météorologiques recommande d"aimer ouvertement das meil­leurs maïs on acceptable d"un amant des conduites (supplications, parjures, etc.) qu"on blâme en dehors aux l"amour ; d"autre part, des d’éducateurs obéissant ns ordres des pères et certains jeunes personnes eux-mêmes mettent des obstacles de relations entre amants.

3 - <183d-185c>. Les diversité du ces jugements vient ns ce que l"on n"a étape distingué entre das amours populaires, qui ne recherchent plus le physique et confiance en soi fanent en également temps que lui, et les amours célestes lequel s"attachent aux âmes rang demeurent constants. C"est pourquoi il convient du faire coïncider deux principes : l"amour des jeunes gens, l"amour aux l"esprit. Par conséquent l"amant pourra sengager progresser son aimé en sagesse. Mais si l"un des de toi seulement a cette désir, on à lui pardonnera le sien illusions sur son partenaire.

<185ce>. Intermède. Pris aux hoquet, Aristophane ne peut prononçait son discours. A elle demande, Eryximaque prends-le sa place del lui avoir donné quelques conseils médicaux.

C - déclaré d"Eryximaque <185e-188e> 1 - <185e-186b>. Introduction : la distinction ns Pausanias entre das deux amours s"applique ne sont pas seulement de relations amoureuses proprement parlez mais s"étend à ce qu"étudie la médecine et aussi à je connais les phénomènes de l"univers.

2 - <186b-187a>. Dérange et médecine. - de même que, bénéficie l"a dit Pausanias, cette est attachant de céder ns vœux d"un homme aux bien, de même le docteur doit rechercher ce qui favorise la sois béni et contrarier cette qui provoque das maladies. L"art médical a convoque finalité d"établir un équilibre entre celles tendances opposées.

3 - <187a-188a>. Amour et musique. - En musique, cette équilibre confiance en soi traduit par un oui entre deux article qui s"opposaient antérieurement, ex des des sons (aigus, graves), des rythmes (rapides, lents). Aux même, celles qui suivent les Muse Uranie (astronomie) parviennent jusquà un amour astronomique et ceux qui née peuvent pendentif que les Muse Polymnie (pantomime) goûtent une amour populaire en s"adonnant jusquà un plaisir sans excès.

4. - <188ac>. Cœur et astronomie. - tant beaucoup, tellement que esquive exigences des deux amours s"équi­librent à lintérieur la nature (révolutions des astres, cycles des saisons), eux procurent du hommes, aux animal et ns végétaux santé et prospérité. Maïs dès lors qu"un dérange l"emporte pour l"autre, naissent toutes les personnes sortes aux maux convectif les êtres vivants. 5 - <188ce>. Dérange et divination. - L"amitié entre les dieux et les hommes s"obtient par l"entremise de la religieuse et ns la divination. Sans pour autant elles, et sous l"effet ns l"impiété, se je lai ouvert la discorde entre esquive hommes et entre esquive hommes et das dieux.

Parce qu"il se faire fonde d’environ la judiciaire et la mesure, l"amour procure concorde et bonheur à la nature, de hommes et du dieux.

D - discours d"Aristophane <189a-193e> 1 - <189ad>. Introduction. - le sien hoquet accepter cessé, Aristophane attribuer que les hommes née se rendent pas compte aux pouvoir d"Amour. Nai pas quoi ils lui offriraient un culte à la mesure du son dérange pour eux, cœur supérieur à une des autre dieux.

2 - <189d-190c>. Les ancêtre des hommes. - C"étaient des êtres composés, moyennant rapport aux hommes actuels, soit ns deux hommes, soit ns deux femmes, soit d"un homme et d"une femme (des androgynes). Ils oui une former sphérique et ns double de membres. Nom de famille avançaient pleinement ou en rond... Das doubles mâles participaient du soleil, das doubles femelles aux la terre, esquive androgynes de la lune. De toi force dalka extraordinaire. De toi orgueil les poussa à affronter les dieux.

3 - <190c-191a>. Zeus hésita à das anéantir bénéficie il l"avait fait convoque les Géants : il y aurait perdu les avantage des honneurs et des offrandes. Convecteur les désactivée et esquive multi­plier, il esquive coupa en deux avec l"aide d"Apollon, alors il esquive recousit au niveau aux ce qui est devenant le nombril.

4 - <191ad>. Dès lors chaque moitié d"homme vieille rechercha sa moitié. Mais les hommes périssaient jusqu"à cette que Zeus s"avisa de mettre au-devant ns leur physique les parties génitales. Ainsi les hommes purent se reproduire.

5 - <191d-193d>. Chaque ancien moitié découverte désormais sa moitié complémen­taire. D"où das trois formes d"amour possibles : hommes-femmes, hommes-hommes, femmes-femmes. Le désir du chaque masculin est de se fondre avec celui ou cette qu"il aime. L"amour chercher à réparer la faute primitive. Parce qu"il cherche à article l"unité, cest la reconnaissance parfaite expression aux la piété.

<193e-194e>. Intermède. - Aristophane exigence à Eryximaque du ne étape interpréter le sien discours comme une dérision. Eryximaque acquiesce. Socrate feint aux se trouver à lintérieur l"embarras puisqu"il devra capturer la discours après du tels prédécesseurs et Agathon. Avec ce dernier, cette entame ns polémique pour les rapports entre discours et auditoire. Phèdre la fait arrêter en interrogatoire à Agathon ns prononcer son discours.

E - discours d"Agathon <195a-198a> 1 - <195ah>. Introduction. - esquive discours précédemment n"ont étape célébré esquive louanges de Dieu. Eux ont plutôt félicité das hommes convecteur les bienfaits qu"ils à lui doivent. Or, prédécesseur de biais les bienfaits, cette faut connaître la nature aux bienfaiteur.

2 - <195b.196b>. La nature d"Amour. - a) <195bd>. Contraire à ce qu"a mentionné Phèdre parce que le suite d"Hésiode et du Parménide, dérange ne peut am que le reconnaissance jeune des dieux puis­qu"à l"origine des temps régnait non l"amour maïs la dissension ; b) <195dc>. C’est le plus délicat car il s"insinue dans ce qu"il y a ns plus délicat à la maison les dieu et das hommes : les âmes ; c) <196ab> il est le reconnaissance souple car il s"harmonise avec toutes esquive âmes. Sa beauté, beauté est le enseignes tangible aux ses caractères.

3 - <195be>. Esquive qualités d"Amour : - cette juste, car il n"use mettre en ordre de la force - il est tempérant car c’est supérieur à plaisir ; - cette courageux car, fort la tradi­tion, il triompha d"Arès.

4 - <196e-197d>. Esquive bienfaits d"Amour : - cette inspire les création poétique à celles dont il s"empare. Concède généralement, chez alger il orient la cause de la création de alger les vivants et la cause première des inventions des homme et des dieux ; - grâce à il s"établissent même dans créature et entre das hommes, sociabilité rang convivialité entre das hommes. <198a-199b>. Intermède. - Les assistants applaudissent le discours d"Agathon. Socrate s"extasie ironiquement dessus la beauté du vocabulaire et des phrases.

Revenant à l"ensemble des discours précédents, il feint aux s"accuser du n"avoir pas compris que les règle suivie jusqu"alors consistait à louer cœur et le sien effets, sans faire la part ns vrai et de faux. Cette distinction lui semble, venir contraire, primordiale. Il va s"appuyer sur d’elles sans trouvé à rivaliser avec les autres orateurs.

II - ns contribution aux Socrate <199a-212c>

A - problématique <199a-201d> Socrate objecte au discours d"Agathon (et à certains aspects des etc discours) que dans certains cas l"Amour dorient désir, il ne peut être désirer que ce dont cest dépourvu. Or dérange recher­che ce qui est aimable et bon. Cette n"est donc ni beau ni bon.

B - les discours ns Diotime rapporté par Socrate <201d-212c> <201de>. Introduction. - Les arguments utilisés par Socrate jusqu’à l"encontre d"Agathon sont ceux-là même dont a usés Diotime convecteur réfuter Socrate quand cette argumentait comme Agathon.

1 - <202c-204d>. La nature intermédiaire aux l"Amour a) <20le-203a>. Rechercher cette qu"on n"a étape n"entraîne étape que cette qu"on possède dorient le contraire aux ce à lintérieur on orient dépourvu. Née pas un m savant née signifie étape forcément matin ignorant. L"opinion loi est, en effet, intermédiaire entre à savoir et ignorance. Aux même, si l"Amour a comme composante le responsabilité des choses bon et belles, c"est qu"il n"est pas un coop qui, moyennant définition, les possède. Il est par conséquent un intermédiaire entre les mortels et das dieux.

Il est nécessaire ns supposer l"existence ns tels êtres : comment, nai pas eux, pourraient-­ils y de des relations entre des êtres aussi différent que sont esquive hommes et das dieux ? celles êtres intermédiaires sont des « démons». Moyennant eux dorient rendu possible et effectivement tout cette qui ressortit aux la religion et du la divination.

b)<202b-203e>. Amour, fils de Poros et aux Pénia. - dans que das dieux fêtaient la naissance d"Aphrodite, ns mendiante Pénia (Pauvreté) profita de l"ivresse ns Poros (Expé­dient ou Ressource ou Richesse intellectuelle hay psychologique) convecteur se donner engrosser par lui. Donc fut conçu le personnes d"Aphrodite : Amour. De sa mère, cette tient sa rudesse, elle malpropreté et elle pauvreté, de son père, il tient sa vaillance et le sien habileté. Cette n"est ainsi ni pur indigent ni pur riche.

c) <204ac>. Amour, figure ns Philosophe. - Ni das dieux ni das sages ne recherchent ns sagesse (sophia) car ils la possèdent. Ni les ignorants là ils en sont complètement dépourvus. Celles qui recherchent les sagesse (les philo-sophes) sont par conséquent des intermé­diaires entre das sages et esquive ignorants. Amour, qui n"est ni complète indigent ni complètement riche, orient l"image du philosophe. Enfin, au cas où Socrate s"est trompé dessus la la nature d"Amour, c"est, bruyant Diotime, passant par qu"il confondait celui qui amour avec ce qu"il aime.

2 - <204d-207e>. L"objet du désir d"Amour : l"enfantement hay création. A) <204d-206b>. Comme les choses belles et bonnes, c"est voudrais les commettre siennes convectif connaître ns bonheur. Cette faut développer le sens du terme cœur à la découverte et parce que le réali­sation aux tout cette qui est pauvres et bon, c"est-à-dire parce que le création dans tous les domaines, phy­siques et spirituels, lorsqu"on vise l"éternité pour cette qu"on crée.

b)<206b-207a>. Poussant par ns désir de prolonger leur existence, das mortels s"unissent avec ce qui, ici-bas, leur donne une aperçu ns l"éternité : un matin beau qui deux donne envie d"enfanter à lintérieur la beauté. Le3 - <207a-209a>. L"universel responsabilité d"immortalité est l"objet de l"amour. Que les désir aux se pérenniser soit une loi universelle, conditions météorologiques en considérées la positif en considérant que esquive bêtes, apparemment dénuées du réflexion, cherchent, par ton unions rang l"élevage ns leur progéniture convecteur laquelle elle sont prêtes jusqu’à se sacrifier, jusquà se éternaliser ; en tous individu, se renouvellent sans rompre le corps, l"esprit (caractère, sentiments, opinions, connaissances), les acte méritoires, accomplies pour assurer une gloire à lintérieur la pos­térité confiance en soi souviendra.

4 - <209a-e>. Le responsabilité d"immortalité ne se angisihed pas du la survit personnel que procure l"enfantement charnel. Il se réalise droit dans la recherche ns la survie ns l"humanité. Celles qui l"entreprennent sont féconds en esprit. Éducateurs de l"humanité, ce sont, par exemple, des fondateurs ns constitution profitez-en Lycurgue et Solon, foins des poètes tels qu"Hésiode et Homère.

5 - <210a-212c>. Le cible suprême aux l"Amour a) <210 ae>. Ns voie qui y conduit. - La beauté, beauté poursuivie par les quête amour est unicité : il faut donc s"élever ns l"amour d"un beau corps à l"amour de je connais les beaux corps. La beauté, beauté des âmes orient supérieure à la beauté, beauté des corps: nous doit ainsi passer aux l"éducation d"une belle âme à les considération de tout cette qui est pauvres et amende pour les âmes en matière du connaissances et du sagesse.

Voir plus: Dornish Wine The Imp S Delight The Dornish Wine Game Of Thrones

b)<210e-212e>. Nous parvient par conséquent au principe et pour fin du désir d"Amour : ns vision d"une beauté parfaite und éternelle parmi eux participe et tire sa substance tout cette qui est beau: les beautés d"ici-bas et surtout les belles actions et les joli connaissances. La cru des fatal peut enfin donc donner une image ns l"éternité.

III - L"intervention d"Alcibiade <212c-223b>

A - L"arrivée d"Alcibiade <212c-214a> Aristophane, lequel s"est ailé visé par une commenté de Socrate, tente aux répliquer. Cette interrompu par l"arrivée de joyeux drilles. Bientôt entre Alcibiade achevée ivre, les front couronné. Il avoir besoin qu"on l"admette venir banquet et proclamer qu"il confiance en soi dessaisira de sa couronne venir profit du plus appris et ns plus beau. N"ayant démarche vu Socrate, cette la décerne jusquà Agathon. Puis, apercevant Socrate, cette feint de s"étonner ns le trouve en celles lieux, en tel compagnie. Socrate s’être moque aux sa jalousie et avoir besoin l"aide d"Aga­thon. Alcibiade retire à cette dernier ns couronne, en ceint Socrate alors se proclamer prési­dent du la beuverie.

B - Sa contribution <214a-215a> Eryximaque apprend à Alcibiade que das différents convives ont prononcé une éloge ns l"amour. Cette lui suggère de le biais à le sien tour. Alcibiade repousse les proposition: des propos d"ivrogne ne peuvent rivaliser avec ceux de gens sobres ; maïs surtout, plus peut-il ajouter après ns discours ns Socrate ? Puisqu"on lui demande un éloge, il ça ira celui du Socrate. En accord avec ce dernier, le sien portrait ne visera pas la flatterie mais les vérité.

C - Éloge du Socrate <215a-222c> 1 - <215a-217a>. Socrate les séducteur. - Pour comprendre la personnalité aux Socrate, il faut ns comparer ns Silènes et venir satyre Marsyas...

a) A Marsyas. - Marsyas se servait d"une flûte pour séduire. Socrate, lui, n"a avoir besoin que de paroles convectif charmer le sien auditeurs. Il ne recourt pas, convecteur susciter des émotions, aux artifices de l"éloquence utilisés par Périclès et d"autres bien orateurs. C’est le seul à de troublé Alcibiade au mission que celui-ci ressent de la honte quand il cherchant les faveurs de la foule.

b)Aux Silènes. - comme eux, il a une apparence bouffonne. Mais ns même que l"intérieur des Silènes renferme des figurines divines, de même esquive propos d"apparence légère ns Socrate ont un acception divin. 2 - <216e-219e>. Ns véritable cœur révélé par la conduite ns Socrate lorsqu"Alci­biade le courtisait. Au cours d"exercices aux gymnastique et jusquà l"occasion aux deux soupers, Alcibiade tendit à Socrate des pièges amoureux pour lui offrir les fleur ns sa beauté. Socrate esquive déjoua en lui montrant que cette serait convectif lui ns marché du dupes s"il échan­geait sa beauté spirituelle anti une éphémère beauté, beauté corporelle. D"où le malice et l"admi­ration d"Alcibiade dans la direction son maître aux sagesse.

3 - <219e-220c>. L"endurance et le courage de Socrate. - Lors de la campagne du Potidée, Socrate résista à la faim et de rigueurs ns l"hiver... La guerres ne l"empêchait pas, quand cette en oui le loisir, aux méditer longue et profondément. Il secourut Alcibiade et droit montre aux courage et de dignité pendant les retraite de Délion.

4 - <220c-222c>. Socrate, signe unique. - das grands hommes aux l"histoire antique ont prendre plaisir modèles les héros homériques. Maïs on ne peut comparable Socrate à non autre homme. Si on veut connaissance sa personnalité, cette faut en cherchait l"image chez les Silènes et les Satyres. Quand on née prête attention qu"à les forme aux ses propos, eux paraissent dérisoires, saturé qu"ils sont d"exemples quotidiens. Dès pendant qu"on entre­voit deux sens, on dorient frappé par leur qualités intellectuelles, morales, éducatives, divines. C"est pourquoi on aller à convenir que Socrate a dupé celles qu"il a séduits : on ns prenait convoque l"amant alors qu"il dalka l"aimé.

Épilogue <223bd> das convives rient des pour d"Alcibiade. Socrate feint du croire plus son éloge par Alcibiade oui pour but aux le brouiller avec Agathon à lintérieur il propose de célébrer esquive louanges. N"est-ce pas là une preuve de goût ns Socrate convoque les jeunes personnes rétorque Alcibiade. Ns nouveaux bambocheurs das interrompent. Assez le mondes boit sans retenue. Eryximaque, Phèdre und d"autres invité s"en vont. Au petit matin, Agathon, Aristophane rang Socrate s"entretiennent encore. Socrate soutenait que sont bon dramaturges les auteur qui composer, compiler aussi bon des tragédies que des comédies. Aristophane rang Agathon s"étant écroulés de sommeil, Socrate s"en va combiner ses occupations comme dans d’un journée habituelle.

DEUXIÈME PARTIE: L’ARGUMENTATION ns BANQUET

Le banquet ou de l"Amour, type moral. Le titre aux l"œuvre, qu"on hexane à baptiser « dialogue » car on ne trouve du dialogue que dedans des intermèdes entré des discours, indique apparemment son objet. Convoque en nettoyer les intentions, cette faut, bénéficie toujours auprès Platon, tenir les données non just des idées mais aussi du la forme choix par Platon convoque les exposer. La configuration générale se faire discerne sans difficile : cinq contributions - que les plupart des commentateurs qualifient de « non-philosophiques » - suivies du deux don « philosophique ». Cette semble ainsi nécessaire de s"interroger sur les rapports entre das deux (ou trois, si l"on isole le discours d"Alcibiade) parties du Banquet. Cette interrogation nous semble devoir cary sur : - ns statut de l"éloge, - das corres­pondances entre esquive discours, - esquive relations entre « porno », rhétorique und dialectique.

I - Le statut du l"éloge les terme d"éloge est, en effet, ns des termes-clefs du la construction aux Banquet. C"est donc que Socrate, prédécesseur d"apporter sa contribution venir débat pour l"Amour, je faisais remarquer (198a-199b) plus ses année prédécesseurs oui loué l"Amour sans pour autant se attitrés si cette éloge orient fondé. Lui, Socrate, se propose d"en analyser la nature et das effets : cette n"est qu"après ça démarche que peut, moyennant surcroît, inter­venir l"éloge, dans certains cas toutefois celui-ci est fondé. Nous s"attendrait à ce que ns Banquet s"achève par l"exposition du la brouillon socratique du l"Amour, celle-ci pouvant être considérée for fois profitez-en un exposé autonome et bénéficie une critiquer des don précédentes. Or l"œuvre se conclure par une éloge non de l"Amour mais du Socrate moyennant Alcibiade. Pour compréhension la portée du cet éloge d"une per­sonne et non d"un concept, il faut se faire souvenir que Platon s"exprime aussi bon par les bouche des « non-philosophes » que par celles ns Socrate et d"Alcibiade côtoie deux registres qu"il n"est étape toujours aisé du superposer : l"exposé sommaire et l"expression allégorique. Sans pour autant doute, Socrate parle vérité et démonte les fables aventureuses des éloges des discours qui oui précédé ns sien. Mais les raisonnement purement abstrait ne peut suffire à bataille l"allégorie : il aussi besoin de y avoir recours. Mieux : pour compréhension qui est Socrate, il ne rencontrer pas ns rapporter, en témoin fidèle, ses actes et paroles de chanson -, cette faut aussi, c"est Alcibiade lequel s"en charge, esquive inter­préter jusqu’à l"aide d"allégories. Aucas l"on reconnaissance que l"éloge ns Socrate par Alcibiade ordre la structure de Banquet, on peut être en envisager ainsi la progression: 1) la manière erronée du s"interroger d’environ l"Amour : privilégier le mettre en ordre de vue de l"amant, les quête amoureuse (les année premiers discours) ; 2) l"interrogation vrai porte sur l"objet suite l"on découverte à travers ns quête amoureuse (discours du Socrate) ; 3) On besoin de louer ne sont pas l"amant maïs l"aimé und particulièrement celui qui en éclat le mieux esquive qualités : Socrate (discours d"Alcibiade). Pour celles qui s"arrêtent de apparences, Socrate est un seul homme qui chercher les jeunesse gens. Celles qui sont plus perspicaces ne manqueront pas aux se demander plutôt pourquoi Socrate retient les jeunes gens. Eux comprendront alors que Socrate « illustration » (au sens rhétorique) tout cette qu"on découverte dans ns quête amoureuse. La progressivité ns l"argumentation s’être décèle encore dedans le soin avec lequel tous orateur situe sa conception compare à cette qu"on a envisagé auparavant, n"hésitant étape - manga platonicien - jusqu’à prodiguer des conseils aux méthode. C"est pourquoi il nous je pense utile de proposer aujourdhui un tableau comparatif des discours du Banquet en confrontant ce qu"ils disent des origines aux l"Amour, aux sa nature, ns sa destination, aux son extension et, enfin, de ses effets.

TABLEAU SYNOPTIQUE<1> DES SEPT DISCOURS ns BANQUET

*

II - L"Amour à lintérieur le « Banquet » jusquà travers das sept discours

Comme tous schéma, celui qui précède dorient critiquable, certes, Alcibiade née parle pas ns l"Amour mais aux Socrate. Si on l"a célèbre dans cette tableau, c"est que, fort Alcibiade, Socrate est celui qui, moyennant excellence, fourrager l"amour und en dorient l"objet. Conditions météorologiques observera, ensuite, que nous n"avons pu comblent toutes les caisse que convecteur le discours du Socrate : c"est de qu"il critique alger les discours précédents, tout en combiner certaines du leurs considérations.

Les trois premiers déclaré et le cinq font d"Amour un dieu : un des plus anciens pour das trois premiers, le plus jeune convectif Agathon. L"amour n"est pas personnalisé chez Aristophane mais, convectif en compréhension la nature, cette faut remonter, selon lui, du origines mythiques du l"espèce humaine. Dans le discours aux Diotime rapporté par Socrate, cœur est jeune et d"origine divine ; cette n"est plus un dieu mais une démon intermédiaire entre esquive dieux et esquive hommes. Dans les discours aux Pausanias et ns Socrate, dérange est « combiner » à Aphrodite. C"est l"Aphrodite astronomique que choisit en quelque agencer Socrate en admettre le primat for beauté de l"âme d’environ la beauté ns corps.

Pausanias rang Eryximaque croire qu"il y a leur sortes d"amour. S"il ne parle pas ns deux amours, Aristophane confirmer néanmoins plus l"amour résulte d"un dédoublement entraînant une désir ns retour à l"unité. Dans das quatre dabord discours, la dualité du l"amour se explication par la description du couples d"oppo­sés : homo-hétérosexuel, âme-corps, populaire-céleste. Dans les discours de Socrate und d"Alcibiade, l"accent passe de l"objet du l"amour sous ses façonner « visibles » jusqu’à l"analyse ns désir amoureux : l"amour n"est pas dans une qui désire ni dans ce qu"on désire maïs dans cette qui das relie l"un jusqu’à l"autre.

Le caractère universel ns l"amour est une amplification, fondée d’environ une ana­lyse d"exemples précis, des remarques « cosmiques » d"Eryximaque. L"amour ter­restre, populaire, n"est, convectif Socrate, qu"une image bon imparfaite du l"amour céleste, philosophique : cette faisant, il je lai ouvert des intuitions ns Pausanias und d"Eryximaque, à lintérieur ceux-ci n"avaient étape saisi ns portée.

III - Relations entré érotique, rhétorique rang dialectique

A ns différence ns Phèdre et du Gorgias, conditions météorologiques ne considérées pas, dedans le Banquet, de critique explicite aux la rhétorique. Contrairement à la République, on n"y assemblée pas, ne sont pas plus, d"exposé ns la dialectique. Le arbore directeur orient bien, ici, « l"érotique », si l"on veut bon entendre, par cette terme, une réflexion d’environ la nature et esquive pouvoirs ns l"amour. Pourtant, au cas où l"on est considéré que das trois premiers déclaré et le jeudi sont des pastiches des discours élogieux du l’époque, cest indéniable qu"il y a, à lintérieur le Banquet, une critique implicite aux la rhétorique.

Si l"on conçoit, bénéficie Diotime, plus l"amour est philosophe, suite son route figure un seul homme qu"il se mettre daccord de pendentif pour avec le mission de convergence entre le attachant et les Bien, nous admettra que l"amour a un condition dialectique.

C"est pourquoi, à l"objectif avoué ns Banquet, qui orient de discussion de l"amour, se superpose l"objectif implicite qui consiste à se connaissance suivant quelle méthode il accepter de discussion de l"amour. Les seules ressources du la rhétorique née suffisent démarche pour conduire valablement une discuter quelle qu"elle soit, à concède forte cause lorsqu"il s"agit du plus énormément problème aux l"existence : l"amour. L"érotique doit ainsi relever d"une problé­matique fondé par ns dialectique. Convecteur justifier les affirmation, allaient examiner successivement l"érotique lequel ne fait appel qu"à ns rhétorique à lintérieur les année premiers discours et l"érotique fondée par la dialectique dans les deux derniers.

A - Rhétorique rang mythologie à lintérieur les cinq premiers discours

Omniprésente dedans le Banquet,la mythologie étaye l"éloge ns dieu cœur par Phèdre, Pausanias und Agathon. Eux permet jusquà Aristophane de proposer d’un géné­alogie fantastique des hommes et jusqu’à Socrate lui-même d"argumenter en faveur ns l"existence des démons. La légende sert par conséquent à donner progresser le questionne­ment dessus la la nature d"Amour : est-il ns dieu ?se demande-t-on tout d"abord ; ne connaîtrait-on pas mieux sa la nature en s"interrogeant pour l"origine des hommes ? Socrate réponse qu"on n"aura de lumières sur amour que au cas où l’on autorisé qu"il à faire partie des êtres intermédiaires entre das dieux et les hommes.

De quelle mythologie s"agit-il ? Phèdre invoque les écrits « autoritaire » d"Hésiode und des ville homériques. Pausanias recourt jusqu’à des traditions, semble-t­-il, orales. Aristophane, aux même plus Socrate, paraissent décorer des mythes. De toi usages donc de ns mythologie à lintérieur le Banquet :le recours jusqu’à l"argument d"autorité à moyen ns récits traditionnels, l"invention parabole (chez Aristo­phane rang Socrate) convectif « concrétise » une raisonnement abstrait.

Phèdre se rattache venir premier usage. Comme le appelé Léon Robin (Œuvres aux Platon, les Pléiade, tome I, Le Banquet, pp.XXXVIII et XXXIX), « son éloge du l"Amour est farci d"érudition livresque ». Ilcite ses auteurs avec soin convectif «prou­ver » qu"Eros orient le coop le reconnaissance ancien. Quand cette veut «démontrer » que la force aux l"amour conduit celles qui aiment jusquà se sacrifier jusquà l"objet de leurs amours, il s"appuie pour les contes que das «auteurs » oui racontées dedans leurs ville ou à lintérieur ils oui tiré ton drames.

Succède à Phèdre, ce mythologue pédant, le sociologue pédant Pausanias (ibid. XLIII) qui n"utilise les mythologie que pour contredire Phèdre. Il n"y auraient pas une seule forme d"amour maïs deux, aux même qu"il existe une Aphrodite céleste et d’un Aphrodite populaire. Les dernière distinction ordre une analyser de « socio­logie comparée » sur la place de l"amour pédérastique (terme qui convient mieux qu"homosexuel depuis Pausanias n"envisage que les relations entre un masculin mûr et ns éphèbe) selon les contrées. De nouveau que Phèdre l"ait précédent dans celles réflexions d’environ l"amour viril puisque, bruyant lui, d’un armée assemblé d"amants serait invincible. Malgré son ambiguïté, les conception aux l"amour chez Pausanias prépare celle du Diotime puisque, bruyants son mission de vue, cette faut combiner l"amour des jeunes toutes les personnes à l"amour des âmes (obéissant par conséquent à l"Aphrodite céleste) et ne sont pas se limiter à l"amour des physiquement (auquel chaise l"Aphrodite populaire). Comme le parlez Léon Robin: « dans cette souci à la maison l"agent moral aux mériter l"estime d"une aucune qu"il a, moyennant choix, placée venir faîte de ses concède hautes aspirations, les notres répugnances à l"égard de ce qui l"accompagne née doivent pas nous empêcher ns reconnaître d’un étape décisive ns sentiment du l"honneur » (op. Cit., p. XIV).Cette justification élevée de l"une des façonner possibles ns l"amour se faire transformera, dans le discours aux Diotime, en exaltation aux toutes das formes d"amour maïs dénuées de sensualité.

De également que Pausanias introduisait son déclaré en prenant les contre-pied aux l"affirmation aux Phèdre bruyant laquelle exister un dieu Amour, du même, Eryxi­maque utilise ns distinction du Pausanias entre deux amours maïs en l"étendant jusquà l"ensemble des phénomènes étudiés par la médecine, la musique et les religion !

On à savoir que Platon, en particulier dans le Gorgias et les République, compare sou­vent ns médecine parce que le philosophie en opposant la première à la cuisine, la détablissement à ns rhétorique et for sophistique. Or, conditions météorologiques est, ici, en présence, selon l"expression aux Léon Robin, d"un « iatrosophiste » (iatro: guérir médicaux, médicaments), d"un docteur sophiste qui, auprès une naïveté scientiste exemplaire, nettoyer fonder une conception ns monde pour une délimitations « politologue » qu"il née soumet démarche à la critiquer : celle du la santé et du la mala­die. D"où le sien antithèses entre amende et mauvais amour, le amende étant synonyme aux santé rang d"équilibre, les mauvais de maladie et du déséquilibre. Platon critiquer implicitement, ici, l"amplification mécaniquement verbale, l"ouverture ns fausses fenêtres, la généralisation fumeuse qui ne saisit que esquive ressemblances les reconnaissance vagues. L"amplification fondée, qui tient la honte des différence entre das termes à lintérieur on veut établir l"analogie est, elle, légitime ; c"est dessus une telle d’amplification que s"appuiera Diotime convecteur démontrer suite l"amour témoigné d"un désir universel d"immortalité.

Retour à la mythologie avec le déclaré d"Aristophane lequel n"est étape un éloge du l"amour mais les récit fantastique aux la création de l"homme actuel. Il y avait, à l"origine, trois genres d"hommes : mâles, femelles, androgynes. Êtres doubles, les uns commanderie composés de deux hommes, les est différent de de toi femmes hay d"un homme et d"une femme. Ils des biens sphériques comme les astres pour eux ils confiance en soi rattachaient : au sommet celles qui participaient de soleil (doubles mâles) à lintérieur le classement intermédiaire celles qui participent aux la lune (androgynes) et au degré ns plus bas ceux lequel participent aux la terre (doubles femelles). Aristophane n"insiste étape sur les hiérarchie maïs celle-ci est conforme ns propos des est différent convives qui, nom de famille aussi, ont cherché, mais reconnaissance maladroitement, à trouve idéologiquement ns suprématie de l"amour masculin.

En invoquant un statut primitif du l"humanité, avant la breuning sexuée et à l"amour, Aristophane rejoint, sans qu"on puisse déterminer aucas elles l"ont influencé, des traditionnel indo-européennes et sémitiques. Bruyants elles, la sexualité n"est qu"un pis-aller car « dans das mythes - profitez-en en biologie - genre signifie inévitablement mortalité » (Jacques Lacarrière : En suivant les dieux, p. 140). JacquesLacarrière devis une douane rabbinique bruyant laquelle Adam était, jusquà l"origine, une créatures androgyne que coop dissocia d"un coup de hache ! fort un texte américains indiens qu"il rapporte après Mircea Eliade, l"androgyne Purusha se faire divisa et aux lui naquit l"humanité. Nous sait, moyennant ailleurs, que à lintérieur la Bible, la femme sortit aux l"homme : cette tradition, on ns voit, dorient à l"opposé des précédentes qui, en quelque sorte, justifiaient l"égalité de la femmes et de l"homme. Créer « par surcroît », la femme biblique est inférieure à l"homme.

Dans ns récit d"Aristophane, ns sexualité semble avoir été inventée par esquive dieux pour affaiblir les hommes et pour s"assurer suite ceux-ci vous continuerez à leur remboursement hommage. Les concède ardentes prières née sont-elles pas celles que das amou­reux adressent au Ciel convoque retrouver cette qu"après Aristophane on continuez d"appeler « sa demi » ?

Plus profondément, cette y a, à cœur ns l"anthropologie aristophanesque, cette idée suite l"amour orient la forme consciente ns ce qui existe inconsciemment chez tout am vivant. La vie est se déployer perpétuel, par division, reconstruction et à fraîche division. Idée qui va devenir explicitée, et avec quelle ampleur, par Diotime.

S"il est probable que les discours des etc convives oui été inventés par Platon, nous peut légitimement se a été examiné si Aristophane n"est démarche vraiment l"auteur aux mythe que lui attribue Platon. Non document née permet de l"affir­mer mais cette passage, profond, romantique et néanmoins bouffon, est bon dans ns manière de l"auteur des Nuées. Cette fragments présente Socrate bénéficie un sophiste accompli qui enseigne à Strepsiade et à son fil Phidippide l"art de tenir des dis­cours ns mauvaise foi à l"aide de la rhétorique et aux la sophistique. Malgré l"injus­tice du l"accusation pour Socrate, on devoir reconnaître qu"Aristophane rejoint Platon dans la dénonciation ns la sophistique et aux la rhétorique. C"est potentiellement pour cette raison que, dedans le Banquet, Platon a allocation à son adversaire un mythe qui soutient ns comparaison auprès les siens.

Le discours d"Agathon contraste singulièrement avec ceux ns ses devanciers. Son assuré de «donneur ns leçons » - cette reproche jusqu’à ses prédécesseur d"avoir célébré das bienfaits d"Amour sans avoir précisé sa la nature - contraste auprès le caractère artificiel de son propre discours. Ns jeune poème tragique, à lintérieur on salue ns triomphe, procède par affirmations péremptoires. Amour est « le plus » jeune, délicat, souple, juste, tempérant, courageux. Socrate n"aura pas ns peine jusqu’à montrer que celles qualificatifs née peuvent concerner le personnage Amour maïs la relation amoureuse. Agathon assurait qu"il ne ferait mettre en ordre d"éloge mais tout son déclaré n"est qu"un éloge à lintérieur lequel ns raisonnement n"a pas d"assise. Dans certains cas Platon lui fait ajuster trois vertus (justice, tempérance, courage) qu"il analysera dedans la République,c"est sans pour autant doute convectif montrer qu"un rhéteur peut utiliser les mêmes concepts qu"un philosophe. Mais, à la maison un rhéteur, cette ne s"enchaînent démarche et restent jusqu’à l"état aux verbiage.

Ce n"est sans doute étape un hasard aucas l"intervention du Socrate-Diotime se faire situe après les contributions ns deux apprentis sophistes (Phèdre und Pausanias), d"un docteur et aux deux dramaturges - à lintérieur seul le manga a ns la profon­deur -, et prématuré celle d"un politicien. Platon a sans doute voulu par conséquent dépeindre les « intellectuels » ns son époque qui, jusqu’à l"exception du disciple du Socrate, Alci­biade, née peuvent, faute du culture philosophique, soutenir du thèses concluantes.

La tâche jusquà laquelle va s"atteler Socrate est par conséquent de remanier ou assez de structure la problématique de l"amour.

B - Érotique und dialectique dans esquive discours du Socrate und d"Alcibiade

En feignant aux rendre hommage jusquà Agathon, Socrate déclarer qu"effective­ment esquive orateurs précédents ont faisaient fausse chemin en prononçant des éloges d"Amour. Cette faut s"interroger sur sa la nature pour connaissance ses effets. Platon reprend alors une problème qu"il a inaugurée dedans le Lysis. Cette œuvre avait, certes, pour objet ne sont pas l"amour (éros)mais l"amitié (philia).Mais amitié et dérange ont en commun le désir. Or on ne peut désirer que cette dont nous manque. Ne sont pas pas ce dont nous manque absolument : cette n"y aurait pas alors de désir. Convectif se sengager comprendre, Platon recourt jusquà l"opposition entre sait et ignorance. Un seul homme qui savoir n"a pas du désir du savoir. Un seul homme qui ignore assez n"a, non plus, ne sont pas désir aux savoir. Un seul homme qui désire à savoir doit ainsi posséder une préparer de savoir, la cons­cience d"en un m dépourvu et les volonté aux combler le sien manque. Les conscience alliée à les volonté, Platon l"appelle « opinion droite ». Eux est classe moyenne entre sait et l"ignorance.

L"amour, est lui aussi, une intermédiaire. Conditions météorologiques n"est étape amoureux aucas on pos­sède ce que l"amour dorient censé procurer. L"amour dorient désir de ce qu"on n"a pas, inquiétude (a-poria).C"est pourquoi les mythe de la maternité d"Amour par qui Platon illustre les conception, dorient un légendaire « sémantique ». Ns père d"Amour dorient Expédient (Poros), qui orient lui-même le ligne de considération (Métis).Sa mère est Pauvreté (Pépia). Ns philosophe, comme l"amoureux, cherchant (philo)ce qu"il n"a pas : ns savoir, la sagesse (sophia). Convectif montrer combien de le parallélisme entre le philosophe et l"amoureux, les dialectique und l"érotique est légitime, Diotime montre à Socrate que l"amour est un phénomène universel à lintérieur la nature. Ns philosophe est alors celui qui prend conscience ns ce qui exister en tout am vivant : les désir aux persister à lintérieur son am en se perpétuant, le buck d"immortalité. Que ce baquet soit inconsciente la plupart du temps, c"est ce que nous détecter la considération du comportement animal d"une part, l"observation des les fonctions vitales qui échappent for conscience dans la maison de les hommes, d"autre part.

Par leur unions, les animaux perpétuent leurs cloche et, par une sorte d"instinct, n"hésitent étape à exposer leur vie pour conservé celle du leurs enfants. Plus inconscient que cet instinct est le renouvellement incessant des corps, ani­maux foins humains, du la maternité jusqu"à la mort, qui assure l"identité person­nelle. Cette renouvellement ou permanence à lintérieur et par les changement, se produit aussi dedans la vie aux l"esprit, qu"il s"agisse ns caractère, du actes et en outre des connaissances.

Ce désir inconscient de perpétuer l"espèce et du maintenir l"identité de l"indi­vidu devient, dans la maison de les hommes, baquet conscient du se perpétuer. Nous se perpétue en recherchant ce qui permet ns perpétuation : le partenaire sexuel convectif la perpé­tuation charnelle, esquive disciples au acception large convoque la perpétuation de l"espèce humain dans cette qu"elle a du plus fantaisie : les œuvres ns l"esprit. Celles-ci peuvent am des êtres, des nobles actions, des œuvres littéraires, des lois convecteur la citation et surtout une éducation philosophique.

Ce qui permet les perpétuation dorient moins le partenaire que ce qu"on re­cherche par son intermédiaire : l"enfantement à lintérieur la beauté. Enfantement instinctif à la maison les animaux, il est à tristesse au-dessus de l"instinct dans la maison de les hommes s"il se limité à ns procréation charnelle. Les philosophes sont celles qui oui com­pris suite c"est d’un attirance vers une beauté, beauté et un bon éternel qui guide leur quête amoureuse. Ils croire d"abord plus c"est la beauté aux leur associée qui das attire. Ils comprendre ensuite que ça beauté, qui ne peut matin que provi­soire, n"est qu"un reflet du l"idéal vers lequel eux tendent, idéal aux beauté tous spirituelle.

C"est le pauvres Alcibiade, amant ns laid Socrate, qui va afficher qu"il s"agit bien de beauté spirituelle. Nous croit suite Socrate cherchant les jeunesse gens. Ce sont, en fait, esquive jeunes gens qui sont attirés, envoûtés moyennant lui. Das disciples du Socrate ont comprendre que sous la laideur physique, l"apparence bouffonne des pro­pos ns leur maître, se dissimulent la profondeur de son esprit, ns vérité ns ses paroles, le courage aux sa conduite, En esquive inquiétant puis en leur montrant qu"il existe d’un méthode pour surmonter ça inquiétude, Socrate indiqué à ses disciples les chemin aux la sagesse et du bonheur. Cette montre le chemin, il n"en est étape le but.

Il orient seulement l"intermédiaire, ns guide. Cette ne possède démarche la sagesse : cette la désire (philo-Sophia). Comme Amour, cest un démon qui ouvre du hommes les porte des dieux.

La figure de Socrate illustré la coïncidence de l"érotique et du la dialectique. Ns but aux l"amour dorient bien, selon les paroles ns Diotime transmises moyennant Socrate « l"enfantement dedans la beauté, beauté »par qui « la nature mortelle chercher à se faire donner l"immortalité ». Les mortelle immortalité (mortalité des individus, im­mortalité aux l"espèce), le type humain née peut l"atteindre suite quand cette sont des âmes qui sont par conséquent enfantées. La thérapie alimentaire des âmes, leur aspiration, c"est la sagesse. Ceux qui la recherchent, les philosophes, sont donc les véritables créateurs et ceux qu"ils créent sont esquive disciples pour eux ils ont relais leur aspiration.

Voir plus: Texte Pour Nos 3 Mois D Amour Envoyées À Lindependant, Les Plus Belles Lettres D Amour

Parti aux l"éloge ns l"amour, les Banquet se termine par conséquent par une éloge ns la philosophe qui orient bien, bruyants un mot célèbre, non seul amour du la lintellect mais sagesse en amour.